jeudi 28 avril 2016

Déménagement !

Je suis très heureuse, aujourd'hui, de vous annoncer que ce blogue-ci ne sera plus actif! La raison est simple, j'ai décidé d'acheter mon propre domaine. Le voici: www.petit-ecureuil-livresque.com ! Maintenant, l'aventure se poursuit là! J'espère tous pour retrouver là-bas. 

lundi 18 avril 2016

Journal d'un vampire en pyjama de Mathias Malzieu

Résumé

« Ce livre est le vaisseau spécial que j'ai dû me confectionner pour survivre à ma propre guerre des étoiles. Panne sèche de moelle osseuse. Bug biologique, risque de crash imminent.
Quand la réalité dépasse la (science-)fiction, cela donne des rencontres fantastiques, des déceptions intersidérales et des révélations éblouissantes. Une histoire d'amour aussi.
Ce journal est un duel de western avec moi-même où je n'ai rien eu à inventer. Si ce n'est le moyen de plonger en apnée dans les profondeurs de mon coeur. »




Publié aux éditions Albin Michel en 2016
225 pages




Ce que j'en pense

Pour mon anniversaire, mon copain m'a offert ce livre en cadeau. Dès que je l'ai eu entre les mains, je n'ai pas pu m'empêcher de le commencer. Comme j'avais hâte de retrouver la plume de Mathias Malzieu !

Journal d'un vampire en pyjama est une autobiographie qui raconte l'histoire de l'auteur de novembre 2013 à décembre 2014. Durant cette année, Mathias Malzieu fait face à une grave maladie. Je ne saurais vous dire le nom exact de sa maladie, car il emploie beaucoup de termes médicaux qui me sont complètement inconnus. En gros, ses anticorps, au lieu de le défendre, commencent à l'attaquer comme s'il était un virus. « - Je m'explique : vous n'avez pas de cellules malignes, ce sont vos propres anticorps qui se retournent contre vous et attaquent vos cellules... Ils se comportent avec votre moelle osseuse comme avec un virus, on ne sait pas vraiment pourquoi. » Il est donc forcé de subir plusieurs traitements, plusieurs transfusions afin de rester en vie. Mathias Malzieu croit alors devenir un vampire, car comme eux, il se nourrit du sang des autres d'où le titre de son roman. Cela ajoute une touche d'humour à un univers très sombre.

Bien entendu, vous comprendrez qu'il n'y a pas de réel intrigue à ce roman, car on sait bien que Mathias Malzieu est encore en vie aujourd'hui. Toutefois, il y a un certain suspense à savoir à quel point sa maladie va s'aggraver ou s'améliorer. On demeure sans arrêt sur le qui-vive, car sa maladie est très imprévisible. Ce qui est touchant dans cette histoire, c'est que l'écrivain se livre totalement à ses lecteurs. Il n'a pas peur d'avouer à quel point il était faible, à quel point il souffrait. C'est beau à lire, malgré toute la souffrance qui en découle.

« Ma seule possibilité de résister, c'est d'écrire. L'urgence fait pousser des graines de livres en moi. Je les arrose toutes et m'applique à penser que je vais trouver mon haricot magique pour crever le plafond de l'hôpital. »

Ce que j'ai le plus aimé dans ce roman, c'est de voir à quel point l'auteur déborde d'imagination. À lire ses livres, on s'en rend bien compte, mais son quotidien est lui aussi digne d'un roman. Il invente sans arrêt des mots pour décrire son amoureuse, son appartement. Le plus impressionnant est le jeu de mot qu'il fait avec « l'épée de damoclès » : il crée un personnage que lui seul voit appelé Dame Oclès. Cette femme se tient toujours à ses côtés, prête à l'emporter vers la mort avec elle à tout moment. Honnêtement, son écriture est tellement imagée que je me demande comment c'est possible de penser à tout ça.

Malgré mon amour inconditionnel pour cet auteur, son dernier livre ne m'a pas charmée autant que je l'espérais. Certes, j'ai passé un excellent moment à lire ce livre, mais il manquait un petit quelque chose, une petite étincelle. Je pense que je préfère lorsque Mathias Malzieu s'éloigne davantage de la réalité, qu'il crée un monde fantastique exceptionnel.

« Le problème est que je donne beaucoup plus que ce que j'ai. Je suis le plus con des dragons. Celui qui crache des étincelles et se crame les ailes avec. »

Si ce roman vous intéresse, je vous conseille d'au moins lire La Mécanique du coeur avant ce livre-ci, car l'auteur en fait allusion à de nombreuses reprises. Il fait aussi allusion à ses autres livres, mais un peu moins. Je pense qu'il est plus agréable de lire Journal d'un vampire en pyjama si les autres œuvres de Mathias Malzieu vous sont familiers. 

Bref, je suis heureuse d'avoir lu ce livre simplement parce que Mathias Malzieu en est l'auteur. Sa plume est certainement parmi mes favorites et je pourrais passer mes journées à ne lire que ses livres. C'est un auteur qui vaut la peine d'être lu !

★★★☆☆

lundi 11 avril 2016

La page blanche de Pénélope Bagieu et Boulet

Résumé

« Tout va bien se passer... J'ai une adresse, des tickets de métro, un plan de Paris... D'ici une minute, tout va me revenir. »
Sur un banc, dans Paris, une jeune femme reprend ses esprits. 
Elle ne se souvient ni de son nom, de ce qui l'a amenée là. Son passé a disparu...

Avec humour et sensibilité, Pénélope Baigeu et Boulet racontent sa quête d'identité. 

Publié en 2012 aux Éditions Delcourt
200 pages








Ce que j'en pense

Lorsque j'étais plus jeune, j'avais fortement accroché sur Pénélope Bagieu et ses dessins. Je me souviens de ces soirées où je passais mon temps à regarder son travail sur son blogue. Je suis fan depuis longtemps, mais je n'avais jamais acheter aucun de ses romans graphiques. Alors, quand j'ai vu celui-ci, je n'avais pas d'autres choix que de le prendre. 

La page blanche commence lorsque la protagoniste se retrouve assise sur un banc en ayant aucune idée de ce qu'elle fait là et même qui elle est. S'enclenche alors une poursuite de soi-même pour découvrir ce qui lui est arrivé et surtout pour savoir qui elle est réellement.

C'est une histoire très intéressante, cette quête de soi-même. Si on se réveillait un matin et qu'on avait tout oublié de notre vie, est-ce qu'on serait satisfait de nos relations, de notre travail, etc. ? C'est cette idée qui est exploité dans ce roman graphique. Au fur et à mesure que Éloïse en apprend sur sa vie, elle réalise que les personnes qu'elle croit être ses amis ne le sont pas du tout, en fait. Que sa vie, c'est un mélange de faire-semblant et de déceptions. Heureusement, elle compte remédier à la situation.

Je me suis attachée à cette jeune femme pour sa détermination et sa fidélité. Par fidélité, j'entends le fait d'être fidèle à soi-même, à ses désirs. Dans cette "deuxième" vie, Éloïse change beaucoup et elle ne souhaite plus faire des choses ou être avec des gens qu'elle n'aime pas. Elle est honnête sur ses envies et elle les respecte. J'ai beaucoup aimé la voir grandir à travers ce périple.

Si j'ai lu cette bande-dessinée, c'est simplement parce que l'auteur est Pénélope Bagieu. Et laissez-moi vous dire qu'elle ne m'a pas déçue: j'adore tout de ses dessins, absolument tout. C'est vraiment mon genre de bande-dessinée et j'ai très hâte de découvrir ses autres œuvres.

Bref, cette chronique est assez courte, mais je ne souhaitais pas m'étendre davantage. J'ai passé un excellent moment en compagnie d’Éloïse et j'ai pris un grand plaisir à la voir se tromper, réussir, puis se tromper de nouveau. C'est une petite histoire simple, mais elle véhicule un message important.  

★★★★☆

lundi 4 avril 2016

À la Croisée des Mondes T1: Les Royaumes du Nord de Philip Pullman

Résumé


Pourquoi la jeune Lyra, élevée dans l'atmosphère confinée du prestigieux Jordan College, est-elle l'objet de tant d'attentions ? Lorsque son meilleur ami disparaît, elle se lance sur ses traces. Un périlleux voyage vers le Grand Nord, qui lui révélera ses extraordinaires pouvoirs et la conduira à la frontière d'un autre monde.



Publié en 1998 chez Gallimard Jeunesse
496 pages








Ce que j'en pense

Je ne sais pas ce qui a fait que j'ai eu envie de lire ce livre. Je n'en avais que très peu entendu parler, mais je savais que la trilogie était assez appréciée. Un soir, je suis allée à la librairie et je suis ressortie avec ce livre. Quelques jours plus tard, je n'avais qu'une envie et c'était de le lire. Alors c'est ce que j'ai fait.

Les Royaumes du Nord raconte l'histoire d'une petite fille, Lyra, qui se retrouve mêlée à une histoire assez spéciale de disparition d'enfants où elle a un très grand rôle à jouer. Dès le début, à travers tous ces Érudits, ces Maîtres, ces hommes et femmes importants et même à travers ses camarades, on sent que Lyra n'est pas comme les autres: elle a un je-ne-sais-quoi qui fait qu'elle se démarque, qu'elle brille plus fort que la majorité des autres étoiles. Aidée de son daemon Pantalaimon et de personnages tout aussi charmants qu'elle, elle partira à la conquête du Nord pour comprendre le mystère autour de ces enfants qui disparaissent et de cette Poussière qui semble si précieuse et vitale. 

Ce roman qui fait près de 500 pages m'a charmée de la première phrase jusqu'à la dernière. Et ça m'a pris par surprise, car je lis très peu de livres jeunesse fantastiques. Je n'ai jamais été particulièrement attirée par ces histoires imaginaires. Pourtant, Les Royaumes du Nord m'a tenu en haleine jusqu'à la fin. Pour passer une belle journée, j'avais besoin de ma dose de Lyra et de Pantalaimon. Leur périple dans le Grand Nord est dur, froid et tellement compliqué qu'on ne peut que vouloir continuer à lire pour découvrir ce qui va se passer. 

Les personnages, parlons-en ! Tout d'abord, Lyra, quelle petite fille admirable et persévérante. Elle n'a aucune idée de ce qui l'attend et pourtant, elle fonce à chaque fois. Elle risque sa vie à plusieurs reprises pour sauver ses amis et c'est beau à voir. Ce qui est intéressant, ce qu'elle grandit à travers cette histoire. Elle fait plusieurs découvertes qui la changent en tant qu'individu. Pantalaimon est son fidèle compagnon, son daemon. Les daemons sont des animaux qui peuvent changer d'apparence et qui sont reliés aux humains. De fait, chaque humain a son daemon personnel. Ces deux êtres sont si liés que s'ils venaient à être séparés, la douleur serait telle qu'ils en mourraient. C'est pourquoi la relation entre Lyra et Pantalaimon est si belle: ils ont besoin de l'un et de l'autre pour vivre. J'aurais tant aimé que ce soit comme ça dans la vraie vie, j'aurais adoré avoir mon petit animal qui me suit partout. 

« Lyra était partagée entre la colère et le désespoir. Pantalaimon enfonça ses griffes de blaireau dans la terre et continua d'avancer. C'était un sentiment si étrange quand votre daemon tirait sur le lien invisible qui l'unissait à vous; un mélange de douleur intense dans la poitrine, de chagrin profond, et d'amour. Et Lyra savait que c'était la même chose pour Pantalaimon. Tous les enfants s'amusaient à faire cette expérience en grandissant: voir jusqu'où leur daemon et eux pouvaient se séparer, pour finalement se rejoindre, avec un immense soulagement. »

Un autre personnage que j'ai adoré est Iorek, l'ours sur la couverture. Il est le grand protecteur de Lyra et avec lui, elle ne craint rien. Sinon, les autres personnages, des gitans, des sorcières, des animaux, tout ceux qui viennent en aide à la protagoniste sont tous charmants, adorables et tellement déterminés. Ils le voient bien que cette petite fille est spéciale et qu'il faut à tout prix la sauver des mains des méchants. À leurs façons, ils vont tous l'aider à atteindre son but.

Ce qu'il y a de fascinant avec l'écriture de Philip Pullman, c'est qu'elle s'adapte à tous les âges. Un adulte comme un enfant pourrait lire ce livre et l'apprécier tout autant. Je pense que, dans les romans jeunesse, quand un écrivain arrive à faire ça, c'est qu'il a vraiment bien écrit et qu'il ne s'est pas adressé à ses lecteurs principaux comme s'ils étaient des bébés. C'est remarquable !

Bref, je pense que ma chronique vous donne une belle idée de l'ampleur de cette histoire. Si ce n'est pas un coup de coeur, c'est simplement parce qu'il manquait cette petite étincelle, celle qui change tout et qui nous marque profondément. C'est un peu dur à expliquer, mais ceux qui savent de quoi je parle comprendront. Sur ce, il me tarde de lire ce deuxième tome que je compte me procurer le plus rapidement possible !

★★★★☆

vendredi 1 avril 2016

(Bilan) Mars 2016

Plus le temps avance, plus je réalise à quel point j'aime faire des bilans du mois. Ça me permet de faire un retour sur mes lectures, mais aussi sur les bons et les moins bons moments du mois. C'est parti !

Côté lectures, j'ai eu 1 excellente lecture, 2 bonnes lectures et 1 moins bonne. Et puis, Paulette m'a totalement charmée avec ses personnages plus qu'adorables et son histoire de solidarité. Coeur Cerise est une belle histoire jeunesse qui fait toujours du bien à lire, mais qui ne me change pas en tant qu'individu. J'aurais aimé qu'Orgueil et Préjugés se rapproche du coup de coeur, mais malheureusement, ce n'est pas le cas: il frôle la déception. J'avais beaucoup trop d'attende envers Darcy. Finalement, Elle et lui est une histoire touchante sur l'amitié qui redonne espoir. 
Pour ce mois de mars, je suis contente de mes lectures, même si l'une d'elles est presque une déception.

Pour ce qui est de moi, plus personnellement, j'ai appris que Mumford & Sons (mon groupe préféré) venait faire un spectacle tout près de chez moi. J'ai acheté mon billet avec une amie et je suis troptroptrop excitée à l'idée d'enfin les voir en vrai ! Du coup, j'ai acheté leur nouvel album (que j'avais un peu décidé de renier...) et wow, je regrette de ne pas l'avoir écouté avant. 
Pas plus longtemps qu'hier, je me suis achetée une pochette pour Ipad que j'utilise pour trimbaler ma lecture en cours. Elle est noire avec des hiboux et je l'aime trop. C'est pratique pour protéger mes livres.



Bref, j'ai passé un assez bon mois sous tous les aspects. J'espère que vous aussi. Je suis contente d'enfin être en avril, car c'est mon anniversaire et celle de mon copain et parce que c'est le dernier mois complet d'école ! 

Le bilan numérique:
Quatre livres pour 1379 pages


En avril, je vous souhaite de belles lectures
et la disparition de la neige.